Brève d'histoire

Saint-Laurent-Nouan, une commune ancrée dans l'histoire !

La commune de Saint-Laurent-Nouan est née en 1971 de la réunion des deux communes Saint-Laurent-des-eaux et de Nouan-sur-Loire. 

L’origine des deux villages est très ancienne, témoignés par des vestiges gallo-romains. Des visiteurs illustres se sont arrêtés à Saint-Laurent : Jeanne d’Arc, Charles VIII, Louis XIV, Gaston d’Orléans et Alfred de Musset ... . Saint-Laurent-des-eaux et Nouan-sur-Loire étaient deux villages animés, à vocation touristique et commerciale, grâce à sa situation entre deux axes de communication importants : la route de Paris-Bordeaux et la Loire. Les villages étaient également situés sur le chemin traditionnel de pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle.

 
Le blason emblématique de Saint-Laurent-Nouan
 
Souvent représenté dans la commune, voici quelques informations le concernant :
Sa signification en langage héraldique  "Parti d'azur à un grêlier d'or, et de gueules à un fer de moulin d'argent, à un chef-retrait d'argent".
Une petite explication de Jean-Pierre Lapeyre pour mieux comprendre : 
"Le parti est un écu partagé en deux parties égales par un trait vertical. Il symbolise l'union, en 1973, des deux communes de St Laurent des Eaux et Nouan/Loire. A dextre (donc à gauche pour vous) Saint Laurent des Eaux évoqué par un grêlier, ou trompe du postier, qui rappelle que la commune fut longtemps un important relais de poste sur la route de Paris à Bordeaux passant par la rive gauche de la Loire, et senestre (à gauche du porteur de l'écu, donc à droite pour vous) Nouan sur Loire évoquée par un fer de moulin * qui rappelle le moulin Saint Jacques qui fonctionnait encore au début du 20ème siècle. Quant au chef-retrait d'argent, il symbolise la Loire qui unit géographiquement les deux communes."  
 
* Le fer de moulin est la pièce mecanique qui permet à l'arbre moteur d'entraîner la meule. Ce fer de moulin étant une véritable révolution technique, puisqu'il permet d'introduire le grain à moudre sans avoir à soulever la meule, est devenu le symbole du moulin tout entier.
 

Les premières femmes parachutées en France en 1942

Lise DE BAISSAC et Andrée BORREL ont intégré le corps du FANY (First Aid Nursing Yeomanry), unité féminine indépendante avant d’être recrutées par le Spécial Operation Executive (Service secret Britannique) pour y être formées comme agents secrets.

Lise DE BAISSAC sous son nom de guerre « Odile » et Andrée BORREL sous son nom de guerre »Denise » deviennent les deux premières femmes parachutées en France, dans la nuit de 24 au 25 septembre 1942, à Nouan, au lieudit Boisrenard.

2017 est l’année du 75ème anniversaire de cet événement.

Afin de leur rendre hommage une cérémonie a eu lieu, à proximité du lieu de parachutage, Vendredi 5 mai 2017.

De nombreuses personnes étaient présentes à cette occasion dont une délégation britannique de près de 150 personnes regroupant des FANY’S ainsi que des membres de la Fédération Nationale Libre Résistance.

Monsieur Christophe LAURENT, Adjoint au Maire a félicité les participants pour leurs actions permanentes permettant d’honorer la mémoire des combattants qu’ils soient homme ou femme, britannique ou Français, soldat, résistant, combattant ou libérateur.

    

                   Andrée BORREL                                 Lise DE BAISSAC

Quelques photos de la cérémonie du 05/05/2017